Catégories
Aller plus loin

« C’est le gouvernement de l’Église qui est en cause »

Gilles Berceville est Dominicain, professeur de théologie à l’Institut Catholique de Paris.

Vous êtes un homme d’Église, théologien. Comment réagissez-vous devant les chiffres sidérants et effrayants dont le rapport Sauvé révèle l’ampleur ?

Gilles Berceville : « J’ai moi-même été auditionné par la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase). J’ai pu échanger avec des personnes qui avaient été auditionnées comme moi ou qui étaient membres de la Ciase. Donc je m’attendais à des résultats d’enquête effrayants. Je ne peux pas dire que ce soit pour moi une surprise, malheureusement. Mais ces chiffres reflètent une situation très grave qui s’est prolongée durant de nombreuses années avec un poids de souffrance énorme.

Ces résultats empêchent de développer une argumentation qu’on a trop souvent employée pour atténuer les choses dans l’Église. Ils montrent que l’Église catholique a été depuis 1950 un terreau particulièrement propice aux abus. L’enquête montre qu’ils ont prospéré avec une importance qui était moindre dans d’autres secteurs comme l’éducation ou le sport. J’éprouve un sentiment d’accablement et de honte que l’on porte collectivement : je parle des prêtres et de l’Église catholique tout entière. En même temps j’ai une certaine espérance qu’une situation dévoyée puisse après cet effort de vérité changer. »

Photo DR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.