Catégories
Aller plus loin

Des paroles aux actes, le chemin est encore long

« Quand le premier je sonne l’alerte, ‘le prêtre m’a blessé intimement’, personne ne me croit », regrette Augustin, dans son témoignage.

En 2000, l’Église de France déclarait déjà la “tolérance zéro” pour les abus… Pourtant ma propre histoire ne commence qu’en 2007 dans le diocèse de Perpignan. Ce n’est pas une histoire ancienne, un horrible souvenir refoulé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.